CONNECT-IT

Acteur de la transformation des SSII ambitieuses

Un cru 2013 très médiocre

Une fois éliminés tous les artifices permettant à chaque entreprise d’affirmer sans rire qu’elle respecte ses engagements et que ses résultats s’améliorent, que conclure des résultats 2013 des SSII cotées ?


Des leaders en décroissance

26330308_s
Les trois premières SSII françaises, dont le chiffre d’affaires représente les trois quarts de celui des dix premières SSII cotées, enregistrent une décroissance de plus de 2% en 2013. Ces résultats traduisent une dégradation nette par rapport aux performances observées en 2012 puisque le Top 3 avait alors progressé de 13% ! Derrière le trio de tête, les choses vont un peu mieux puisque le chiffre d’affaires du Top 10 est quasiment identique à celui observé en 2012 (-0,1%).


Le marché français à la peine

14515764_s
Le marché français continue sa descente aux enfers. Tout comme en 2012, le secteur France fait moins bien que le reste. Ceci est particulièrement vrai pour le trio de tête qui enregistre une décroissance de 3% sur le marché Français alors qu’en 2012 l’activité France avait légèrement progressé. Contrairement à ce qu’on avait observé en 2012, l’activité à l’international ne compense plus la faiblesse du marché intérieur.


Quelques stars
10689087_s
Trois SSII tirent leur épingle du jeu. Altran, Sopra et GFI enregistrent toutes trois une croissance à deux chiffres et progressent de 8% sur le marché français. Certes la croissance externe y est pour beaucoup, mais peu importe que le chat soit blanc ou noir s’il attrape les souris.


Perspectives 2014
22942625_s
Tout comme l’année dernière, les SSII françaises, confortées par les instituts de prévisions, nous promettent de faire mieux en 2014 ! Tant mieux, mais sachons rester humbles. Le service informatique est avant tout une activité de sous-traitance qui dépend essentiellement du niveau d’investissement de ses clients. Croisons les doigts !



Bref, ne dites pas à ma mère que je travaille en SSII, elle me croît manager dans un secteur en croissance !

Un système peut tomber en marche

La plupart des SSII s’enorgueillissent de proposer une activité forfaitaire. Pourtant, il est rare que cette activité dégage du profit et procure de réelles satisfactions.

Lire Plus…

Le défenseur des marges


Le Syntec : le défenseur des marges !

Le Syntec n’a jamais été en manque de créativité pour essayer d’optimiser la marge de ses adhérents.
Dès les années 60, il publie le fameux indice des coûts salariaux qui permet aux forces commerciales des SSII de justifier pendant de nombreuses années des hausses de tarif successives.

Lire Plus…

2013 : une année pour rien

SSII (ESN pour les initiés) : Une année pour rien ?

Les chiffres d’affaires publiés au titre du 3ème trimestre sont à l’image des précédents : médiocres !

Lire Plus…

Le cinquième élément

Une partie à 4
Dans une précédente chronique, nous avions observé que la valeur ajoutée créée par les SSII se partageait, après paiement des frais financiers, entre 4 acteurs :
- Une grande partie de la valeur ajoutée est captée par l’Etat via les impôts et les charges dont il détermine lui-même le montant,
- En second lieu interviennent
les clients via la pression tarifaire qu’ils parviennent à imposer du fait d’un rapport de forces favorable,
- les deux acteurs restants,
les salariés et les actionnaires, se partagent ce qui reste.

Lire Plus…

Le partage du gâteau

La richesse produite par une entreprise se répartit entre quatre acteurs :

  1. L’état qui, au travers des charges et des impôts, prélève d’office la part dont il a lui-même déterminé le montant,

  2. Le client qui bénéficie de prestations à des prix plus ou moins élevés selon sa capacité à fixer les tarifs,

  3. Le personnel qui perçoit des salaires et bénéficie d’avantages non salariaux,

  4. L’actionnaire qui reçoit des dividendes et peut bénéficier d’une plus-value.

L’équilibre est atteint lorsque cette richesse est répartie de façon harmonieuse entre toutes les parties. Mais bien souvent les acteurs considèrent que la part qui leur est dévolue est insuffisante.

Lire Plus…

Celles qui surfent, celles qui rament et celles qui coulent

Claude-newsletter-header
1er semestre 2013 : des résultats médiocres


Rapportés à ceux du 1er semestre 2012, les résultats du 1er semestre 2013 des SSII françaises cotées en Bourse ne sont guère brillants :

Lire Plus…

Pénurie de compétences : la paradoxe du secteur informatique

Quand un produit ou un service est rare et recherché, son prix grimpe. C’est une loi de l’économie et c’est surtout un raisonnement de bon sens. Pourtant, alors que les acteurs du secteur informatique français ne cessent de déplorer la pénurie de compétences, le prix de vente des services informatiques, loin d’avoir augmenté, a fortement baissé ces 10 dernières années. Comment expliquer ce paradoxe ?
Lire Plus…

Les ESN vaudront-elles davantage que les SSII ?

Il existe de multiples méthodes et modèles permettant d’estimer la valeur d’une entreprise, mais au final une entreprise vaut uniquement ce que quelqu’un est prêt à débourser pour l’acquérir. Or il existe 2 façons de devenir propriétaire d’une société : acheter une société en bloc ou acquérir des titres en Bourse...

Lire Plus…

L'année 2013 ne démarre pas bien !

Représentant plus des ¾ de la production des SSII françaises, les 10 premières SSII françaises cotées viennent de publier leur chiffre d’affaires du 1er trimestre 2013. Quels sont les faits marquants et quels enseignements peut-on en tirer ?

Lire Plus…

De Charybde en Scylla

Le secteur des services informatiques est particulièrement pléthorique : des SSII se créent tous les jours et rejoignent les milliers de sociétés existantes. Ambitieuses et créatives, en phase avec les nouvelles générations d’informaticiens et de DSI, elles se développent à partir d’avantages compétitifs prisés par le marché.
Pourtant plusieurs limites, liées à la façon dont le dirigeant-fondateur choisit et fait évoluer son équipe de direction, vont freiner la progression de ces sociétés en forte croissance :

Lire Plus…

CONNECT-IT - N°SIREN 589 891 622 - TEL : 06 49 55 62 30 Contactez nous